Toutes les représentations ont lieu

 au Théâtre Auditorium de Poitiers

  à 20 h 30

15 octobre 2018

 

La résistible ascension

d'Arturo Ui

 

Bertold Brecht / Pierre Sarzacq

 

Crédit photographies : Y.L-M.

Cette « farce historique » s’appuie sur l’histoire pour éclairer notre présent et imaginer notre futur. P. Sarzacq

 

Chef minable d’une bande de gangsters, Arturo Ui s’impose par la terreur comme « protecteur » du trust du chou-fleur à Chicago. Il réduit au silence un politicien corrompu, assassine le patron du trust des légumes de Cicero la ville voisine, et séduit sa veuve, quasiment sur le cercueil de sa victime. Aussi l’on votera partout pour lui, tant à Cicero qu’à Chicago. D’autres crimes et d’autres conquêtes suivront. Rien n’arrêtera Arturo Ui, hormis les peuples, qui finiront par en avoir raison. « Mais il ne faut pas nous chanter victoire, il est encore trop tôt : le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde. »

 

« De quoi nous parle La résistible ascension d’Arturo Ui, et de quoi continuera-t-elle à nous parler ? Du pouvoir bien évidemment. Comment on y accède, comment on s’en empare, comment on en use et comment on le perd.

La pièce s’offre comme un regard porté sur la génération d’aujourd’hui et celle de demain qui devra ne pas perdre de vue que la peur est sans doute l’anesthésiant le plus redoutable qui soit face à l’apparente « complexité » du monde qui est le nôtre. »  

Pierre Sarzacq

 

Extrait de presse

Une pièce palpitante, servie par l’audace d’une mise en scène contemporaine, le génie des acteurs et la subtilité d’un texte incontournable ! Le jeu de tous ces acteurs porte haut le propos de Brecht. Florence Lambert/Ouest France

 

Bertolt Brecht (1898-1956)

Dramaturge, metteur en scène, écrivain et poète allemand, il est chassé par les nazis en 1933 et son œuvre fut brulée. Il revient d’exil en 1949 et fonde le Berliner Ensemble. Écrite en 1941, La résistible ascension d’Arturo Ui ne fut jouée qu’en 1958.