au Théâtre Auditorium de Poitiers

  à 20 h 30

Mardi 15 novembre 2022

 

 

Le Nez

 

d'après Nicolas Gogol

                                                     Mise en scène Ronan Rivière

Une comédie fantastique et poétique, drôle et troublante

 

 

 

 

 

 

 

Á 20 H au Tap

 

Durée : 1 H 25

 

 

 

 

Adaptation et Mise en scène

Ronan Rivière

Compagnie

Collectif Voix des plumes

 

Avec

Laura Chetrit

Michaël Giorno-Cohen

Ronan Rivière

Jérôme Rodriguez

Jean Benoit Terral

Amélie Le Vignaux

Au clavecin et orgue 

Olivier Mazal

 

Coproduction

Scène et Public et Voix des Plumes

 

 

Création

 

Festival Avignon off 2022

 

 

 

 

 

Une pièce complètement loufoque. C’est absurde mais qu’est-ce que c’est drôle ! Très métaphorique, très poétique.

France Bleu  

 

Kovalev se réveille et constate que son nez a disparu : le voilà plongé dans l’angoisse : comment va-t-il faire pour travailler, mener une vie sociale, affronter le quotidien ? En plus, son nez court à travers la ville, sème la pagaille dans Pétersbourg. Face à ce phénomène extraordinaire, policiers et médecins s’agitent en vain pour le remettre en place

 

« Gogol écrit Les Nouvelles de Pétersbourg car il est effaré et fasciné par la monstruosité d’une capitale où, non loin des palais, s’accumulent les logements insalubres, les détresses humaines et financières, les disettes et des épidémies. Mais Gogol défend ces causes sociales avec distance et humour, presque avec insouciance, comme une bêtise pour se divertir d’une angoisse.

Dans l’adaptation comme dans la mise en scène, j’ai donc pris le parti d’essayer de préserver cette dimension fantaisiste, cette ambiance naïve et étrange, et de composer une pièce qui n’évoque que sous le couvert d’un humour bon enfant et d’une certaine poésie les durs aspects de la vie pétersbourgeoise comme l’invasion de punaises de lit, les problèmes d’hygiène, la défiance face aux médecins ou la peur de la police… » Ronan Rivière

 

Extraits de presse

- Ce voyage invraisemblable au pays de l'absurde, nous permet de voir qu’une pathologie fantaisiste peut nous éclairer sur les relations humaines de manière intemporelle et troublante. Médiapart

- Une petite farce bien ficelée, surréaliste et formidablement folle.  L’Humanité

 

Nikolaï Gogol (1809-1852) Romancier, nouvelliste, dramaturge, poète russe. Le Révizor lui apporte reconnaissance. Les Ames mortes, œuvre la plus connue parue 1842 avait été censurée. Le Journal d’un fou, Le nez, Le manteau, sont avec le Révizor ses textes les plus souvent portés à la scène.

 

Crédit photos : Pascal Gély