Toutes les représentations ont lieu

 au Théâtre Auditorium de Poitiers

  à 20 h 30

 

Mardi 24 janvier 2017

 

Polyeucte

 

De Pierre Corneille

 

 

Splendide tragédie. B Jaques-Wajeman fait entendre et monte le texte de Corneille comme un thriller sexy d’une sulfureuse poésie. Et en costumes modernes. Les comédiens sont épatants. On est subjugué. Télérama/F. Pascaud

Photos Cosimo Mirco Magliocca

Que s’est-il passé pour que ce doux prince devienne brutalement un fanatique ?

 

Polyeucte est un seigneur arménien qui vient d’épouser avec bonheur la fille du gouverneur romain. Sa conversion soudaine au christianisme transforme en un moment ce jeune homme charmant en un terroriste. Son comportement radical et ses discours laissent ses proches désarmés. L’eau du baptême suit de très près la nuit de noces. Jeune néophyte nouvellement baptisé, Polyeucte décide de briser les idoles romaines lors d’un sacrifice aux dieux païens.

Arrêté, Polyeucte trouvera la mort qu’il cherchait à tout prix après avoir offert sa femme à son rival qui la convoitait.

La splendide tragédie de Corneille met en scène une lutte sans merci entre le désir amoureux et le désir du martyre, entre le goût de la vie et l’attraction de la mort. Elle nous aide peut-être aujourd’hui, à mieux saisir la dimension d’intolérance et de destruction, quelles que soient les croyances.

Brigitte Jaques-Wajeman

 

 

Extraits de presse :

 

Les Échos/Ph. Chevilley Les classiques au théâtre peuvent redevenir modernes d’un seul coup. Polyeucte de Corneille revisité par Brigitte Jaques- Wajeman revêt une actualité brulante, Cette pièce de 1641 dédiée à un obscur martyr chrétien n’est pas vraiment un éloge de la foi. Elle apparait plutôt comme une dénonciation du fanatisme. Le public ne perd pas une miette de cette tragédie remise avec brio au goût du jour. Corneille réinventé ou simplement retrouvé.

 

Philosophie Magazine De cette pièce réputée édifiante, Brigitte Jaques-Wajeman active paradoxalement les ferments subversifs. D’esprit d’examen, de justesse et d’à propos, ce Polyeucte ne manque pas.