EDITORIAL

 

Il n’est pas de théâtre sans langage et sans style, ni d’œuvre dramatique valable qui, à l’exemple de notre théâtre classique et des tragiques grecs, ne mette en jeu le destin de l’humain tout entier dans ce qu’il a de simple et grand.

Albert Camus

Il y a un besoin immense de penser, de beauté et de sens.

Personnellement je n’ai jamais cru que ce besoin n’appartenait qu’à quelques élus. Tout être humain le connaît, comme il connaît le besoin de pain, d’air et d’eau. Olivier Py. Conférence de presse de clôture du festival d’Avignon 2021

 

La Covid a sans doute fait peur, elle n’a certainement pas éteint les besoins et les envies de culture et plus particulièrement de théâtre ainsi que l’a relevé O. Py.

Le théâtre ouvre à la culture : celle qui nourrit et fait grandir dans la compréhension du monde, celle qui comble nos attentes intellectuelles, émotionnelles et procure de la joie. Elle est voyageuse : elle traverse les siècles et les océans pour un enrichissement mutuel. Elle se crée sous nos yeux, les artistes nous la révèlent pour combler notre curiosité.

 

 

La saison 2021/2022 est presque identique à celle proposée l’an passée. Nous avons pu reprogrammer quatre des cinq spectacles annulés. Nous espérons que les sujets développés et les mises en scène très variées, le talent des comédiens, répondront à vos attentes.

 

Le Double. C’est une comédie poétique, drôle et troublante, entre le rêve et la réalité, entre le fantastique et la folie. Cinquante ans avant Freud, Dostoïevski écrit en 1846 ce texte qui traite de la part de folie qui sommeille en chacun de nous.

 

Incandescences. Un moment de théâtre d’une juste et grande sensibilité, touchant et drôle. A. Madani donne la parole à une jeunesse incandescente et met en scène son énergie et son ardeur.

 

Artemisia Gentileschi. Si j’avais été un homme je doute que cela se serait passé de la sorte disait-elle souvent. C’est l’histoire d’un procès vieux de quatre siècles et toujours actuel.

 

Phèdre. La tragédie de Racine est déchirante et sulfureuse. « On n’est jamais allé aussi loin dans la description du désir et de la folie érotique. » La mise en scène de Brigitte Jaques-Wajeman éclaire plein feu les ravages de l’amour fou qui vient d’un coup et défait les êtres.

 

Hamlet. Classique des classiques, Hamlet nous renvoie en plein visage notre héritage, le poids écrasant des anciens et le cynisme de l’époque. Entre tradition et expérimentation, répertoire et variations libres, la compagnie des Dramaticules fait entendre, dans un foisonnement vertigineux, la voix d'une génération perdue.

Á très bientôt au Théâtre afin qu’il continue à nous enchanter, nous étonner, nous éveiller, nous réveiller.

Josette Marteau-Château, août 2021

 

 

Josette Marteau-Château